Menu
RSS
Nord-Kivu : Le projet d’édit budgétaire rectificatif arrêté à 156.029.855.735FC contre 150.405.054.543FC du budget initial

Nord-Kivu : Le projet d’édit budgét…

Le gouverneur de province...

Célébration à Goma de la journée de l'enfant africain.

Célébration à Goma de la journée de…

La journée de l'enfant af...

Nord-Kivu : le Maire de la ville de Goma appelle ses administrés  à plus de collaboration avec les services spécialisés de sécurité.

Nord-Kivu : le Maire de la ville de…

M. Muisa  Kense, maire de...

La délégation de l’UDPS / Nord-Kivu Aile Tshibala prête  pour  les élections du 23 décembre 2018.

La délégation de l’UDPS / Nord-Kivu…

Le parti politique  UDPS ...

Nord-Kivu : invocation à Goma des questions de rapatriement et l’enregistrement des refugiés rwandais.

Nord-Kivu : invocation à Goma des q…

Le Vice-gouverneur de la ...

Nord Kivu : présentation de quatre malades guéries de la maladie à virus Ebola aux habitants de Ndindi/Beni.

Nord Kivu : présentation de quatre …

Le Bureau de la coordinat...

Nord-Kivu : Le Gouvernement provincial dote l’ACP d’une parcelle propre au pied du Mont Goma.

Nord-Kivu : Le Gouvernement provinc…

Le  gouvernement  provinc...

RDC : Julien Paluku mobilise les Kivuciens autour de la candidature de Shadary

RDC : Julien Paluku mobilise les Ki…

Le gouverneur de la pro...

Nord-Kivu : La Somico SA disposée à contribuer à la création de l’emploi par l’effectivité de ses activités.

Nord-Kivu : La Somico SA disposée à…

Le Vice-gouverneur de la ...

« Les ressources minières doivent profiter à la population congolaise », déclare le Chef de l’Etat Joseph Kabila

« Les ressources minières doivent p…

Le Chef  de l’Etat, Josep...

Prev Next

Clôture du sommet Chine-Afrique: La Rdc veut arracher plus de 10% du montant annoncé

Clôture du sommet Chine-Afrique: La Rdc veut arracher plus de 10% du montant annoncé

La République démocratique   du Congo se félicite de l’annonce par le président chinois Xi Jinping du plan de coopération Chine-Afrique et de l’investissement de 60 milliards de dollars destinés à soutenir le développement des infrastructures, de l’agriculture et de l’industrialisation à travers le continent.        Ce soutien financier comprend 5 milliards de dollars de subventions et de prêts à taux zéro. Il comprend          aussi    35 milliards      de prêts à taux préférentiels, de crédits à l’exportation             et de     prêts     concessionnels. Ces prêts seront généralement structurés de manière à ne pas augmenter le poids de la dette sur les pays           bénéficiaires ayant        des besoins d’infrastructure majeurs.

« Nous devons maintenant travailler et présenter des projets bancables », explique Moïse Ekanga, le Secrétaire Exécutif du Bureau de coordination et de suivi du programme Sino congolais « BCPSC », tout en appelant la Rd Congo à présenter des projets bancables pour arracher plus de 10% du montant annoncé par le Président chinois Xi Jinping, au sommet Chine – Afrique qui a réuni plus de 40 Chefs d’Etats africains à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Nous, au niveau du pays, poursuit-il, nous travaillons pour présenter des projets qui ont un bon profil et nous pouvons arracher un minimum de 10% de ce qui a été annoncé par le Président chinois. « Pour y arriver, nous devons travailler à tous les niveaux : du Gouvernement à d’autres institutions de la République. Nous avons beaucoup de projets au pays. Ce qui nous manque ce sont des études de faisabilité. Et je pense que le Gouvernement qui a suivi le Président chinois va mettre des moyens à disposition pour réaliser des études de faisabilité de l’ensemble des projets que nous avons », a-t-il souligné, dans une analyse technique assortie des propositions réalistes.

Beaucoup d’autres projets

Comme indiqué ci-haut, les projets concernés par ce plan de coopération Chine-Afrique ont trait à l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture, les infrastructures, les services financiers, le développement vert, le commerce et la facilitation des investissements, la réduction de la pauvreté et le bien-être, la santé publique, les échanges entre les peuples, et la paix et la sécurité.

Pour le secteur de l’énergie électrique en RDC, le n°1 du BCPSC précise que Inga est un projet commercial et rentable. Il peut ne pas être financé dans ce cadre du partenariat sino congolais, parce qu’il y a des partenaires occidentaux, chinois et africains qui voudraient nous accompagner dans le cadre de ce projet Inga. Donc, il ne faut pas voir directement Inga, renseigne une note technique préparée par John Omombo Tshumba, Chargé de Communications du BCPSC.

« Nous avons plusieurs autres projets », rassure t-il, en citant le Port en eau profonde de Banana, les chemins de fer des Uélé, de Sakanya à Ilebo, de Lubumbashi (Katanga) à Kindu (Maniema). Il y a également les aéroports, la route qui va relier Lubumbashi à Kinshasa, celle qui part de Lubumbashi à Kisangani. Et, pour ce qui est de l’Industrialisation de la Rd Congo, il est aussi prévu l’installation des parcs industriels. Soulignons qu’en dehors du programme sino-congolais, il y a beaucoup de projets qui sont bloqués dans le cadre de financement. Et cela, à cause des conditions de taux de concessionnalité qui ne sont pas réunies.

Il sied de souligner que lors de ce forum, le Président chinois a indiqué que ces programmes visent à aider les pays africains à faire face à trois goulots d’étranglement de développement, à savoir l’insuffisance des infrastructures, la pénurie de talents et le manque de fonds à accélérer l’industrialisation et la modernisation de l’agriculture, et à réaliser un développement indépendant et durable.

Cependant, malgré la chute des cours des matières premières, le Secrétaire exécutif du programme sino-congolais reste optimiste quant au développement de l’Afrique : « Si l’Afrique s’y prend très bien, on peut démarrer ; et surtout, en cette période où les cours de matières premières sont en chute, on peut utiliser de manière efficiente ce financement pour poursuivre la croissance économique que l’Afrique connaît depuis 5 ans », dit-il.

L’Afrique peut aussi promouvoir des investissements dans les domaines de l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture, les infrastructures, les services financiers, le développement vert, le commerce et la facilitation des investissements, la réduction de la pauvreté et le bien-être, la santé publique, les échanges entre les peuples, et la paix et la sécurité.

Les cinq axes principaux de la coopération

« La Chine a tissé des relations de coopération et de partenariat avec l’Europe et avec l’Amérique. Ce n’est pas un problème qu’il y ait un partenariat stratégique entre la Chine et l’Afrique », précision de Moïse Ekanga, qui a salué cette coopération qui s’articule sur 5 axes principaux basés sur l’égalité et la complémentarité, la Solidarité et la confiance mutuelle.

Dans son discours, le Président chinois a reconnu que les africains sont assez grands pour décider de leur sort sur le plan politique et sur le plan du développement ; la promotion de la coopération gagnant-gagnant : le développement de l’Afrique par le développement de la Chine. Donc développement en commun ; la promotion des échanges à tous les niveaux : culturel, commercial entre l’Afrique et la Chine ; la coopération et de la coordination dans le domaine sécuritaire et d’une assistance mutuelle dans le domaine sécuritaire au niveau de la Afrique et au niveau de la Chine et la coordination des discussions entre la Chine et l’Afrique sur les questions internationales.

(JMNK)

back to top
Info for bonus Review William Hill here.

Nos térritoires

Les Villes du Nord-Kivu

Radios Locales

Nos Outils

A propos de nous

Nous suivre