Menu
RSS
Beni : hommage rendu aux casques bleus tués par des présumés rebelles ADF

Beni : hommage rendu aux casques bl…

Une cérémonie d'hom...

Nord-Kivu : Le REMED en campagne de sensibilisation contre les violences sexuelles et basées sur le genre

Nord-Kivu : Le REMED en campagne de…

Le Réseau des Médias pour...

Un culte œcuménique à Goma pour la réussite du processus électoral en RDC

Un culte œcuménique à Goma pour la …

La coordination de la soc...

Les déplacés de Lubero vivent dans des conditions humanitaires critiques à Rutshuru

Les déplacés de Lubero vivent dans …

Les déplacés du territoir...

Nord-Kivu: Inauguration du marché public de Kisharo-Rutshuru.

Nord-Kivu: Inauguration du marché p…

Mme Marie Shematsi Baeni,...

Réunion de sensibilisation contre les crimes organisés à Goma

Réunion de sensibilisation contre l…

L’Unité de police de la M...

Nord-Kivu: 99 jeunes de Goma s'engagent dans la promotion de la gouvernance démocratique.

Nord-Kivu: 99 jeunes de Goma s'enga…

99 jeunes dont 40 femmes,...

La LRA, les ADF et les Kamwina Nsapu déclarés mouvements terroristes

La LRA, les ADF et les Kamwina Nsap…

Les participants à la 45e...

Pour le renforcement de la coopération bilatérale et promotion des échanges commerciaux entre le RDC et l’Ouganda.

Pour le renforcement de la coopérat…

Les parties prenantes aux...

Prev Next

Nord-Kivu : une maladie inconnue emporte déjà 15 personnes

Nord-Kivu : une maladie inconnue emporte déjà 15 personnes

Le ministre provincial de la Santé publique au Nord-Kivu, Marcel Kambumbu, confirme la présence d’une maladie non encore connue et qui a déjà fait quinze morts et plus de cents malades en l’espace de deux semaines, dans la localité d'Iremera, groupement Bulengya en territoire de Lubero (Nord-Kivu). II affirme, cependant, qu'on ne peut pas encore, à ce stade, parler d’une épidémie, rapporte le portail officiel de cette province.

Le médecin-chef de zone d'Ireméra a annoncé, signale la source, une épidémie dans cette zone, avançant le même bilan de quinze morts et cent malades enregistrés. « Moi- même, à mon cabine, j’ai reçu ces informations [de la maladie]. Mais je peux dire que ça reste encore des rumeurs, puisqu’au niveau du ministère de la Santé publique, nous avons ce qu’on appelle « un système de surveillance épidémiologique » et chaque semaine, nous avons des rapports des maladies dans la province », a indiqué le ministre Marcel Kambumbu.

Qui a insisté sur le fait que seul le gouverneur de province peut déclarer une épidémie dans une zone de santé. « Celui qui déclare une épidémie ou une urgence, c’est le gouverneur de province. Donc, à l’étape actuelle, on ne peut pas faire une déclaration quelconque en dehors de données de la surveillance épidémiologique », a poursuivi Marcel Kambumbu. Il a, par ailleurs, précisé que des prélèvements d’échantillons ont été faits pour analyse au niveau du système de surveillance épidémiologique, en vue d’identifier la maladie.

Tshopo : une maladie inconnue tue 34 personnes

Dans le même ordre d’idées, dans la province de la Tshopo, précisément dans le groupement Bangbo, en territoire de Banalia, entre les 7 et 8 avril derniers, trente-quatre personnes sont mortes, elles aussi, d’une maladie non encore identifiée, renseigne l’édition en ligne de Radio Okapi.

La même source fait remarquer qu'avant de décéder, ces personnes présentaient des symptômes de diarrhée et de vomissement. D'après le vice-président de la Société civile/forces vives de Banalia, Didier Mahindo, le personnel médical sur le terrain était débordé : « A Bangbo, il y a une diarrhée qui a attaqué la population. Et il y a déjà une trentaine de morts. L’infirmier de la place est débordé. Les morts sont exposés à l’extérieur. Nous lançons un cri d’alarme aux autorités pour nous venir en aide. »

Pour sa part, le chef de division provinciale de la Santé de la Tshopo, Dr Francis Baelongandi, a affirmé avoir été saisi de cette situation par ses collaborateurs de Banalia. « Nous aussi, nous venons d’être saisis d’une rumeur faisant état de 34 cas de décès qui seraient dus à la diarrhée, au vomissement et aux coliques abdominales. Des dispositions sont prises au niveau de la zone de santé pour qu’une équipe descende sur le terrain pour aller faire des investigations », a-t-il souligné.

La même source ajoute que la population de cette contrée ne dispose pas de latrines et utiliserait l'eau de la rivière Nadropia comme eau de boisson et lieu d'aisance. »

O. Dioso/Le Potentiel

back to top
Info for bonus Review William Hill here.

Nos térritoires

Les Villes du Nord-Kivu

Radios Locales

Nos Outils

A propos de nous

Nous suivre