Menu
RSS
Goma : le chef Maï-Maï Sheka est arrivé à Goma pour son procès

Goma : le chef Maï-Maï Sheka est ar…

Le prévenu et chef ...

Bruno Tshibala réitère la détermination du gouvernement d’organiser les élections démocratiques

Bruno Tshibala réitère la détermina…

Le Premier ministre Bruno...

Nord-Kivu : Tenue à Goma de l’atelier interprovincial sur la gouvernance sécuritaire participative.

Nord-Kivu : Tenue à Goma de l’ateli…

La ville de Goma, chef-li...

Nord-Kivu : le projet du budget de la province pour l’Exercice 2019 jugé recevable à hauteur 158.000.000.000 FC

Nord-Kivu : le projet du budget de …

Les députés provinciaux d...

Nord-Kivu : Mise sur pied de l’équipe de coordination provinciale de la campagne du candidat du FCC

Nord-Kivu : Mise sur pied de l’équi…

Le Gouverneur de la provi...

Nord-Kivu : Julien Paluku fixe l’opinion sur la situation sécuritaire et politique de sa juridiction.

Nord-Kivu : Julien Paluku fixe l’op…

La salle des réunions du ...

Nord-Kivu : Un cheque de 10.000 dollars américains, appui du Gouverneur Julien Paluku aux opérations de vaccination de routine

Nord-Kivu : Un cheque de 10.000 dol…

Le Gouverneur de la provi...

Nord-Kivu : Pour une cohésion  au sein des associations de soutien au candidat Emmanuel Ramazani Shadary.

Nord-Kivu : Pour une cohésion au s…

Le gouverneur de la provi...

La SADC satisfaite du bon déroulement du processus électoral

La SADC satisfaite du bon dérouleme…

Pendant que le Front Comm...

Le défi du virus Ebola dans le Nord-Kivu au centre des échanges à la Primature

Le défi du virus Ebola dans le Nord…

Le défi que représente le...

Prev Next

Motion de censure contre Matata : Minaku éclaire l’opinion

Motion de censure contre Matata : Minaku éclaire l’opinion

Dans les pays de vielles démocraties que la Rdc prend pour modèles, les Premiers ministres et leurs membres sont permanents aux Assemblées nationales pour répondre aux questions des élus. En Rdc cet exercice régalien devient un moyen de règlement de comptes, s’indigne Minaku.

Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a réagi, lundi 9 mai en plénière au Palais du peuple, aux allégations d’instrumentalisation de contrôle parlementaire. L’affaire prend de l’ampleur depuis le dernier passage du Premier ministre Augustin Matata Ponyo à l’hémicycle du Palais du peuple, a l’initiative du député Crispin Mbindule, qui a été l’auteur d’une question orale avec débat portant sur l’évaluation du programme gouvernementale dans la période 2012-2016.

Rappelant les tâches traditionnelles de l’Assemblée nationale, à savoir légiférer et contrôler, Aubin Minaku est loin d’apprécier la mauvaise compréhension de la mission de contrôle de la Chambre basse du Parlement. Il s’agit ni plus ni moins, de la politisation du travail classique d’une institution. Ainsi, l’affaire Crispin Mbindute relayée fortement par les médias, traduit une action préméditée de déshonneur contre le bureau de l’Assemblée nationale.

Comportement que désapprouve le speaker de la Chambre basse, Aubin Minaku, qui s’est exprimé en ces termes: « Je stigmatise dans le chef des certains membres du gouvernement, un certain comportement une certaine tendance à chaque fois qu’il y a une initiative de contrôle parlementaire à croître qu’il y a toujours une main noire ou il y a le bureau qui pousse les Honorables députés. Je ne suis pas là de par mon éducation et de par un statut du Président de l’Assemblée Nationale pour métier des questions orales des motions etc. parce que mon travail de président de l’Assemblée nationale est de programmer ce que les députés me déposent comme initiatives...

Et pour l’honneur de l’institution, du reste, sapée par certains médias qui présentent les initiatives de contrôle de Mbindule adressées au Premier ministre comme une guerre menée par le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku entend saisir le Conseil supérieur de l’audio-visuel et de la communication (CSAC).

Par ailleurs, le speaker de la Chambre basse s’est longuement attardé sur là procédure parlementaire concernant le contrôle. Chaque député, a-t-il dit, s’assume à travers son initiative. Celle-ci peut-être une question orale avec ou sans débat, une question écrite, etc. Et te travail du bureau, à ce stade, consiste à programmer les initiatives des lors qu’elles sont jugées conformes à la Constitution et au règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Ainsi, un élu qui s’assume à travers une initiative mérite la protection aussi bien de l’assemblée nationale que des autres institutions de la République. Il ne faudra donc pas que certains membres du gouvernement trouvent en l’exercice de contrôle parlementaire, un règlement de comptes, a affirmé Aubin Minaku, c’est un exercice républicain moins encore un acharnement.

Dans les pays de vieilles démocraties que la RDC prend pour modèles (France, Allemagne, Grande Bretagne; etc.), le Premier ministre et les autres membres du gouvernement sont permanents toutes les semaines à l’Assemblée nationale pour répondre aux questions des élus du peuple. Pourquoi en RDC cet exercice régalien doit-il être compris comme un moyen de règlement de comptes ou d’agitation?

Même dans ces pays pris pour modèles, un député de l’Opposition n’a jamais partagé le point de vue’ du gouvernement issu de la majorité. Ce qui est normal. Ce qui est de bonne guerre.

A l’Assemblée nationale, plusieurs fois, certains députés accusent le président de travailler pour protéger le Premier ministre et les autres membres du gouvernement. En même temps, une certaine opinion et certains membres du gouvernement et mandataires publics estiment que le Président de l’Assemblée Nationale ne les protège pas assez. Qui dit vrai ?

Le Phare

back to top
Info for bonus Review William Hill here.

Nos térritoires

Les Villes du Nord-Kivu

Radios Locales

Nos Outils

A propos de nous

Nous suivre