Menu
RSS
Pour un renforcement de la collaboration entre les pays de la région des Grands-Lacs

Pour un renforcement de la collabor…

Un an après sa mise en fo...

La police met la main sur une femme et 4 présumés coauteurs de l’assassinat d’un motard à Goma

La police met la main sur une femme…

Les éléments de la police...

Vers la fin des grèves intempestives des chlorateurs d’eau à la plage du peuple

Vers la fin des grèves intempestive…

Le président du comité de...

Les jeunes de Pinga plaident pour le renforcement des effectifs militaires dans leur entité.

Les jeunes de Pinga plaident pour l…

M. Songe, président de la...

Une attaque des mai-mai repoussée par les FARDC à Kasindi dans le territoire de Beni

Une attaque des mai-mai repoussée p…

Une attaque des miliciens...

Une conférence internationale des jeunes avocats organisée dans la ville de Goma

Une conférence internationale des j…

L’Association des jeunes ...

Une quarantaine de journalistes outillés sur la communication en situation d’urgences à Goma.

Une quarantaine de journalistes out…

Une quarantaine de journa...

Nord Kivu : Célébration dans l’allégresse de la fête de l’Aïd el-Fitr à Goma

Nord Kivu : Célébration dans l’allé…

Les musulmans de la ville...

Une marche à Nyamilima contre la mesure d’interdiction d’accès des mamans à leurs champs

Une marche à Nyamilima contre la me…

Les mamans de la localité...

Prev Next

Rwanda : le Parlement ouvre la voie à un troisième mandat de Paul Kagamé

Rwanda : le Parlement ouvre la voie à un troisième mandat de Paul Kagamé

Le Parlement rwandais a ouvert mardi 14 juillet la voie au maintien au pouvoir du président Paul Kagamé au-delà de 2017, en soutenant sans surprise une pétition de quelque 4 millions de Rwandais pour faire sauter le verrou des deux mandats autorisés dans la Constitution.

Sénateurs et députés se sont prononcés à l’unanimité, dans leurs chambres respectives, en faveur d’une réforme constitutionnelle. Des amendements devront cependant encore être votés, puis une nouvelle Constitution formellement soumise à référendum à la population.

« Je veux remercier tous les membres du Parlement pour leur soutien aux souhaits du peuple », a lancé, à l’issue des votes, la présidente de l’Institution, Donatilla Mukabalisa, promettant un « processus » rapide pour mettre en oeuvre les changements.

Le président Kagamé, élu deux fois en 2003 et 2010 mais en réalité homme fort du Rwanda depuis déjà la fin du génocide des Tutsi en 1994, présente ces débats autour d’une réforme constitutionnelle comme émanant d’une pure initiative populaire.

En quelque semaines, plus de 3,7 millions de Rwandais, sur un corps électoral de quelque 6 millions, ont signé des pétitions demandant au Parlement de modifier l’article 101 de la Constitution limitant à deux le nombre de mandats présidentiels successifs.

Mais, dans un pays régulièrement épinglé pour ses atteintes à la liberté d’expression, nombre d’observateurs estiment que le pouvoir rwandais est en fait à la manoeuvre pour permettre au chef de l’Etat de se maintenir à l’issue de son deuxième mandat. Comme dans de nombreux autres pays de la région, notamment aux Burundi et Ouganda voisins.

Dans les deux chambres du Parlement, députés et sénateurs ont débattu avec enthousiasme mardi.

« 3,7 millions de Rwandais issus de différents milieux sociaux et régions du pays ont parlé. Nous sommes ici leurs représentants et n’avons d’autre choix que d’écouter leur souhait », a lancé Nkusi Juvenal, député du Parti social démocrate (PSD), deuxième formation politique du pays et membre de la coalition au pouvoir dominée par le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagamé.

Les débats au Parlement, largement dominé par le FPR et ses alliés, ont été ponctués de slogans en faveur du président rwandais: « Paul Kagamé, oyee! » (oh oui).

Invités à suivre les débats, de nombreux Rwandais ont répondu à l’appel, patientant dans de longues files d’attente devant le Parlement. Dans les deux chambres, les galeries réservées au public étaient bondées.

Debout sur un des côtés de la salle, Alpha Mundendke, étudiante de 23 ans, s’est ainsi dit « fière » d’assister à cette séance. « Nous souhaitons que l’article 101 soit modifié », a-t-elle assuré.

Recours juridique

Outre les pétitions soutenant une modification constitutionnelle, deux autres ? émanant de la petite formation d’opposition le Parti démocratique vert et d’un particulier ? réclamaient à l’inverse que l’article 101 ne soit pas modifié, a rapporté le quotidien d’Etat New Times.

Ces pétitions avaient cependant peu de chance d’aboutir: le Parti démocratique vert, qui a aussi déposé un recours devant la Cour suprême pour empêcher la révision constitutionnelle, est la seule formation politique à s’opposer à une réforme. La motion d’un simple particulier avait elle peu de chance de faire le poids face au plébiscite de près de 4 millions de Rwandais.

Le secrétaire général du Parti démocratique vert, Jean-Claude Ntezimana, espérait que le Parlement attendrait au moins une décision de la Cour suprême avant de se prononcer, et qu’un vote n’interviendrait pas dès ce mardi. Mais il n’a pas obtenu gain de cause. Les débats n’ont duré qu’une poignée d’heures.

back to top
Info for bonus Review William Hill here.

Nos térritoires

Les Villes du Nord-Kivu

Radios Locales

Nos Outils

A propos de nous

Nous suivre