Menu
RSS
Nord-Kivu : Une quinzaine d’enseignants formés à Goma sur la gestion des risques à travers le jeu « Hazagora ».

Nord-Kivu : Une quinzaine d’enseign…

Environ quinze enseignant...

Entrée en fonctions du nouveau médecin directeur de l’Hôpital provincial de référence du Nord-Kivu.

Entrée en fonctions du nouveau méde…

Le nouveau médecin direct...

Julien Paluku annonce le début des audiences en foraines des présumés auteurs de récentes tueries de Rubaya.

Julien Paluku annonce le début des …

Le Gouverneur de la provi...

Nord-Kivu : Bientôt l’électrification de certaines artères principales de Goma par énergie solaire.

Nord-Kivu : Bientôt l’électrificati…

Le gouverneur de la provi...

Nord-Kivu : Bientôt l’électrification de certaines artères principales de Goma par énergie solaire.

Nord-Kivu : Bientôt l’électrificati…

Le gouverneur de la provi...

Nord-Kivu: Passation du pouvoir à la 34ème région militaire

Nord-Kivu: Passation du pouvoir à l…

Le général Isidore Kahumb...

Nord-Kivu : Le recrutement et la formation de bons témoins  à tous les niveaux un gage pour la crédibilité des élections, selon Norbert Kantitima.

Nord-Kivu : Le recrutement et la fo…

Le Vice-président de la C...

Nord-Kivu : Les chefs coutumiers de la RDC joignent leurs efforts à la lutte contre Ebola et les tueries.

Nord-Kivu : Les chefs coutumiers de…

Sa Majesté M’Fumu Difima,...

Nord-Kivu : le Chef d’Etat-major général des FARDC appelle les hommes de troupes à la discipline et au respect des lois.

Nord-Kivu : le Chef d’Etat-major gé…

Le Chef d’état-major géné...

Face à l’insécurité Nord-Kivu : Une mission parlementaire prône des solutions holistiques.

Face à l’insécurité Nord-Kivu : Une…

La délégation parlementai...

Prev Next

Croisade internationale : RDC, Kin-kiey étale les mérites de Kabila !

Croisade internationale : RDC, Kin-kiey étale les mérites de Kabila !

*Très clairs, les propos de Tryphon Kin-kiey Mulumba sont à prendre au sérieux. Président de l’Association ‘’Kabila Désir’’, Leader du Parti pour l’Action, Membre influent du Bureau Politique de la Majorité Présidentielle et, actuellement, Ministre des Relations avec le Parlement, l’homme pèse bien ses mots, avant de les soumettre à l’épreuve de la critique sur l’agora politique. S’il faut le prendre sous l’angle de ses multiples  casquettes, y compris dans sa dimension de Professeur d’Université et de Chevalier de la plume, il y a lieu d’affirmer, ici, qu’en se prêtant aux questions de Rfi, dans l’interview que La Prospérité s’est permise de piquer sur la toile et de proposer, ci-dessous,  à ses nombreux et fidèles lecteurs , Tryphon Kin-kiey sonde, à sa manière, l’opinion tant nationale qu’internationale, sur les enjeux cruciaux liés notamment, à l’avenir proche  de la RD. Congo.

Sans détours, il s’y exprime, certes, avec  dextérité. Et, d’ailleurs, dans un même élan, il l’avait déjà fait, quelques heures auparavant, dans Africa24, une des télévisions très prisées pour la qualité de ses images ainsi que la profondeur  qui, très souvent, accompagne   le traitement des dossiers consécutifs à la série de   bouleversements intervenus, depuis un certain temps, dans des nombreux   pays africains.

A l’horizon, il croit aux vertus du dialogue pour dégager un consensus sans lequel, le Congo d’aujourd’hui ou de demain, ne saurait être construit  sans Kabila, ni contre Kabila. Bec et ongles, il se bat ainsi sur la scène internationale, pour vanter les mérites d’un homme, Joseph Kabila qui, à ses yeux,   a permis à ce pays, le Congo, d’avoir la paix, la stabilité et de se trouver dans une position de prospérité. Kabila est, à son avis, un homme d’exceptions.

C’est lui seul qui, sans fausse modestie, est capable, aujourd’hui,  de garantir cette paix-là, sur l’ensemble du territoire national. Kin-kiey y croit à tel point qu’il ne trouverait aucun inconvénient si, à l’issue du dialogue, les congolais décidaient, par exemple, d’une révision constitutionnelle qu’il préférerait mieux qu’au   glissement, une formule  devenue célèbre  depuis qu’un certain Samy Badibanga l’avait dénoncée, un beau jour, dans la presse. Concrètement, Tryphon Kin-kiey lance, au fait, un nouveau débat.

Il démontre qu’il serait impossible d’aller plus loin, sans trouver un consensus sur la suite des événements.  Il tacle l’Opposition qui, en exigeant l’enrôlement des jeunes majeurs, jouerait, par le fait même, pour le glissement. Il   parle, lui,  d’un calendrier électoral difficilement réalisable. Il dénonce,  au passage, la manipulation d’autrefois, en janvier 2015, qui  avait provoqué des troubles oiseux à Kinshasa alors que les vrais problèmes des congolais   demeuraient  loin d’être compris. Plus loin, dans cette même interview, il retourne la question autrement sur l’affaire du troisième mandat.  Il faut, par contre, ‘’expliquer aux gens. Il y a eu de la manipulation au niveau de Kinshasa.

Oui, il y a des hommes politiques qui sont en pointe. Nous avons 400 journaux, nous avons 200 radios et télévisions. Je pense qu’il faut pouvoir canaliser ces moyens de communication, expliquer aux congolais pour qu’ils comprennent que le besoin de paix est important. S’il n’y a pas de stabilité, on ne peut rien construire’’, insiste-t-il. Il exclut, dans cet exercice, la comparaison simpliste des situations politiques  du Burkina Faso et du Burundi à celle de la RD. Congo. Là où le Burkina Faso n’a que deux  ethnies, le Congo en a 400. Là où le Burundi et, même, son voisin, le Rwanda n’ont que deux ethnies qui se battent, le Congo, répète-t-il, en a 400. Ce n’est pas la même chose. C’est différent ! Et, par conséquent, le Congo a ses propres problèmes que ceux auxquels  d’autres peuples d’Afrique et du monde sont confrontés.

Tenez !   «La   jeunesse congolaise a soif de rêves, et le rêve, ce sont des industries qui se mettent en place. Le rêve, c’est de l’emploi. Il y a beaucoup de chômeurs, en effet. Et, je  pense qu’aujourd’hui, avec une économie qui tourne, effectivement, le rêve du jeune va se réaliser. Le rêve, ce n’est pas forcément de descendre dans la rue. Justement si on descend dans la rue, on brise son rêve. Le rêve, c’est l’emploi ! », réaffirme-t-il, sans moufles, ni  titillements.  Comme quoi,  dans cette interview, un pan entier de l’après-2016, a été dévoilé. Aux scrutateurs, boursicoteurs et analystes de tout acabit,  d’y réfléchir. Kin-kiey n’y a posé que les balises. Sans doute que d’autres vérités seront connues, très prochainement. Et, on y reviendra, certainement. En attendant, voici, textuellement, le contenu de cette croisade médiatique, très engagée,  de Bakala dia Ngolo, du Roi du Masi, sur les ondes de Rfi.

 

Le «Kabila-désir» de Tryphon Mulumba, ministre de la RDC

Au Congo-Kinshasa, tout le monde s'interroge sur la stratégie de Joseph Kabila. Va-t-il quitter le pouvoir l'an prochain, comme le prévoit la constitution ou au contraire va-t-il trouver un moyen de rester dans le fauteuil présidentiel ? De passage à Paris, le ministre congolais des Relations avec le parlement, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

RFI : Pourquoi militez-vous pour un troisième mandat de Joseph Kabila ?

Tryphon Kin-kiey Mulumba : Je ne milite pas pour un troisième mandat du président Kabila. Nous militons pour la reconnaissance d’un homme, Kabila, qui a permis à ce pays, le Congo, d’avoir la paix, d’avoir la stabilité et de se trouver dans une position de prospérité.

Vous militez pour qu’il reste au pouvoir au-delà de novembre 2016 ?

Nous disons qu’il y a une envie de Kabila.

Ce que vous appelez « Kabila-désir » ?

Nous estimons que des hommes d’exceptions, ça ne vient pas tous les dix ans.

Donc vous pensez que c’est l’homme qui peut garantir le maintien de la paix dans le territoire congolais ?

Aujourd’hui, très certainement. Nous avons 400 tribus, contrairement à d’autres qui n’en ont que deux ou trois. Nous sommes un pays-continent, donc ce n’est pas le premier quidam qui peut maîtriser un tel pays.

A  Kinshasa, ce projet de troisième mandat pour Joseph Kabila est très impopulaire. La preuve, les manifestations qui ont fait reculer le pouvoir en janvier dernier sur l’affaire du recensement électoral. Votre forcing ne risque-t-il pas de faire redescendre les gens dans la rue ?

Il faut expliquer aux gens. Il y a eu de la manipulation au niveau de Kinshasa. Oui, il y a des hommes politiques qui sont en pointe. Nous avons 400 journaux, nous avons 200 radios et télévisions. Je pense qu’il faut pouvoir canaliser ces moyens de communication, expliquer aux Congolais qu’ils comprennent que le besoin de paix est important. S’il n’y a pas de stabilité, on ne peut rien construire.

Mais,  depuis dix mois, depuis la chute de Blaise Compaoré, il y a une soif d’alternance qui s’exprime de plus en plus dans la jeunesse africaine. Ne craignez-vous pas un effet Burkina au Congo Kinshasa ?

C’est quoi le Burkina Faso ? Ce n’est pas un pays qui a la taille du Congo ; c’est un pays qui n’a que deux ethnies. Le Congo en a 400, c’est différent.

Et,  cette jeunesse qui s’est exprimée à Kinshasa en janvier ?

La jeunesse a soif de rêves, et le rêve, ce sont des industries qui se mettent en place. Le rêve, c’est de l’emploi. Il y a beaucoup de chômeurs en effet. Et je pense qu’aujourd’hui, avec une économie qui tourne, effectivement, le rêve du jeune va se réaliser. Le rêve, ce n’est pas forcément de descendre dans la rue. Justement si on descend dans la rue, on brise son rêve. Le rêve, c’est l’emploi !

Au Burundi, le passage en force de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat fait de nombreuses victimes. Ne craignez-vous pas le même scénario dans votre pays ?

Ecoutez, le Burundi c’est un peu comme le Rwanda. Ce sont deux ethnies qui se combattent. Nous ne sommes pas dans la situation du Burundi. Je connais très bien l’est du Congo donc les problèmes du Burundi, avec des présidents qui sont morts. C’est le problème de l’Est, ce n’est pas le problème du Congo.

Et quand Barack Obama dit : « au bout de deux mandats, je m’en irai parce que c’est la loi, parce que j’aurai fait ce que j’ai à faire », que répondez-vous?

Ce que j’ai entendu de sa bouche, c’est : « Je suis fils d’un Africain », c’est : « Je n’ai pas de leçons à donner à l’Afrique », c’est : « L’Afrique a son destin en main ».

Le démocrate chrétien Diomi Ndongala est en prison depuis deux ans pour une histoire de mœurs très controversée ; le bâtonnier Jean-Claude Muyambo et les militants de Filimbi sont en prison depuis huit mois pour des raisons apparemment très politiques. N’est-il pas temps que le pouvoir fasse un geste ?

Nous estimons que l’on ne peut pas arrêter indument des gens. Les droits de l’Homme doivent être respectés. Je connais très bien toutes ces personnes dont vous parlez, je connais Muyambo, c’est même un ami personnel. Il a siégé avec moi au sein de la majorité présidentielle et il a rejoint son ami Moïse Katumbi après l’avoir critiqué. Ils étaient opposés. Qu’est-ce qui les a remis ensemble ? Je ne sais pas. Je connais très mal ces dossiers, mais j’estime que quand il s’agit des droits de l’Homme, c’est important. Ils doivent être respectés.

Vous plaidez pour la libération de Muyambo ?

Je plaide pour que justice soit faite.

Et Diomi Ndongala ?

La même chose. Diomi Ndongala est un homme que je connais parfaitement. S’est-il rendu coupable de ce pour quoi il est accusé ? Je ne sais pas, je ne suis pas magistrat, mais j’estime que justice doit être faite.

Vous êtes pour une révision de la Constitution afin que le président puisse rester au pouvoir au-delà de 2016, mais dans la majorité présidentielle, on a le sentiment que les avis sont très partagés, que beaucoup préfèrent la stratégie du glissement, c'est-à-dire un report de la présidentielle à 2017, ou au-delà à 2018 ou 2019 ?

Que voulez-vous que je vous dise ? Nous estimons que les Congolais doivent se retrouver lors du dialogue dont le président de la République parle et qu’au cours de ce dialogue, un consensus doit être dégagé. Si le consensus est pour la révision de la Constitution, nous n’y verrions aucun inconvénient.

Vous préférez le scénario révision de la Constitution à celui du glissement ?

Je pense qu’il faut être clair avec les Congolais. Le glissement, ça ne me dit rien, je pense qu’une révision constitutionnelle serait la chose la plus souhaitable.

Dans le calendrier politique, il est prévu sept élections d’ici la présidentielle de novembre 2016, est-ce que l’on arrivera à tenir un calendrier aussi serré ?

Je doute fort. Je suis d’accord avec vous, je pense que l’on a mis le couteau à la gorge de la Céni [Commission électorale nationale indépendante, NDLR], qui a donc craché ce calendrier qui est totalement difficile. Nous le savons, et les moyens ne suivent pas, nous le savons.

Donc,  vous pensez que c’est irréaliste ?

Je pense que ce calendrier sera difficilement réalisable.

Et que les locales prévues en octobre n’auront pas lieu à cette date ?

Je vois que l’on est déjà dans le glissement, et je pense que même l’opposition, quant elle demande que les nouveaux majeurs, c'est-à-dire des jeunes aujourd’hui qui ont l’âge de voter, puissent être pris en compte, je pense que l’opposition, sans le dire, est pour le glissement.

Mais si on est dans le glissement, est-ce qu’il n’y a pas risque de vide constitutionnel à partir de décembre 2016 ?

C’est pour ça qu’un accord doit pouvoir être trouvé avant ce terme.

Propos recueillis par Christophe Boisbouvier 

 

back to top
Info for bonus Review William Hill here.

Nos térritoires

Les Villes du Nord-Kivu

Radios Locales

Nos Outils

A propos de nous

Nous suivre