Menu
RSS
Nord-Kivu : les FARDC tuent 4 miliciens et reprennent Kasuo et Kaheri

Nord-Kivu : les FARDC tuent 4 milic…

Les localités de Ka...

Julien Paluku aux groupes armés : « Seule la voie démocratique donne le pouvoir »

Julien Paluku aux groupes armés : «…

Le gouverneur du Nord-Kiv...

Nord-Kivu : les FARDC lancent les opérations militaires contre le NDC/Rénové Guidon à Kaheri

Nord-Kivu : les FARDC lancent les o…

L’armée régulière congola...

Réouverture du site minier de Rubaya par le Gouverneur Julien Paluku un acte très applaudi par des milliers de Nord kivuciens

Réouverture du site minier de Rubay…

Ouf de soulagement pour l...

Ebola à Beni : 74 membres du personnel du centre de santé de Mangina provisoirement mis en congé

Ebola à Beni : 74 membres du person…

« Le processus de mise en...

La Majorité présidentielle appelle sa base à soutenir Ramazani Shadary

La Majorité présidentielle appelle …

Aubin Minaku, le  secréta...

Nord-Kivu : mise en garde à Beni contre la consommation de la viande boucanée importée de l’Ouganda

Nord-Kivu : mise en garde à Beni co…

L’inspection vétérinaire ...

Nord-Kivu : Julien Paluku donne les raisons ayant milité à la désignation de Ramazani Shadary comme candidat de du FCC.

Nord-Kivu : Julien Paluku donne les…

Le gouverneur de la provi...

Emmanuel Shadary: « Kabila est un homme exceptionnel »

Emmanuel Shadary: « Kabila est un h…

« Joseph Kabila Kabange u...

Prev Next

Ex-M23 : les derniers retours attendus entre les 1er et 15 décembre

Ex-M23 : les derniers retours attendus entre les 1er et 15 décembre

Il est demandé à Kampala à « ne pas accorder l’asile aux ex-combattants réfractaires », les poussant ainsi vers la sortie.

Les derniers retours des ex-combattants de l’ex-M23 devront s’étendre du 1er au 15 décembre " au plus tard ", demandent dans un communiqué les ministres ou vice-ministres de la Défense de la RDC, de l’Ouganda, du Mozambique, représentant la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), et de l’Angola, qui assure la présidence tournante de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). En outre, ils ont appelé Kampala à " ne pas accorder l’asile aux ex-combattants réfractaires ", les poussant ainsi vers la sortie. Problème, une fois rentrés au pays, certains redoutent d’y être jugés, la loi d’amnistie du 11 février 2014 excluant les auteurs de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes de génocide.

Ces délais paraissent courts. Mais cela n’a pas empêché la CIRGL de décider, le mercredi 18 novembre dernier à Kinshasa, lors d’une réunion restreinte d’accélérer et d’achever le rapatriement d’un millier d’anciens rebelles. Environ 1.600 rebelles avaient fui en Ouganda, où Kampala affirme qu’ils sont cantonnés et désarmés. Leur rapatriement, qui doit s’opérer sur la base du volontariat, est l’un des points essentiels des déclarations de paix de Nairobi, que Kinshasa et le M23 ont signées en décembre 2013. Le processus de retour, qui a débuté en septembre 2014 et que la RDC espérait voir achevé en août 2015, patine.


Et pourtant, la RDC a déboursé " 10 millions de dollars sur fonds propres " pour s’occuper de ceux qui reviendront, et qui seront alors cantonnés dans des camps basés à Kitona et à Kamina, a tenu à rassurer Lambert Mende Omalanga, porte-parole du gouvernement, lors d’une conférence de presse. Des experts de l’ONU estiment que l’Ouganda à la tête de la CIRGL pendant la guerre du M23, était alors juge et partie. Dans un rapport, ceux-ci accusent Kampala d’avoir soutenu le groupe armé avec le concours du Rwanda, où des centaines d’ex-rebelles se sont par ailleurs réfugiés. Les deux Etats ont toujours démenti ces allégations.


La Grande-Bretagne, second bailleur de la RDC derrière les Etats-Unis, suit la situation de près. " Nous voulons nous assurer que ce groupe n’existe plus, de quelque manière ou forme que ce soit, pour qu’il n’y ait pas un mécanisme pour recréer une base violente ", a confié, le 17 novembre dernier Danae Dholakia, l’envoyée spéciale britannique dans la région des Grands Lacs, en visite de travail à Kinshasa. Pour prévenir une réorganisation du M23, né sur les cendres de deux rébellions, la CIRGL a demandé à Kampala d’" empêcher " les anciens rebelles d’utiliser leurs " qualités militaires " et de s’assurer que ceux " absents des camps de cantonnement ne constituent pas une menace à la sécurité de la RDC ".


Plus largement, l’Angola a demandé de "résoudre une fois pour toutes " la question des dizaines de groupes armés de l’Est congolais. Parmi les grandes menaces, les Hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) : leurs chefs ont participé au génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda avant de s’exiler en RDC. 

Rachidi Mabandu/Forum des As

back to top
Info for bonus Review William Hill here.

Nos térritoires

Les Villes du Nord-Kivu

Radios Locales

Nos Outils

A propos de nous

Nous suivre