Menu
RSS
Pour un renforcement de la collaboration entre les pays de la région des Grands-Lacs

Pour un renforcement de la collabor…

Un an après sa mise en fo...

La police met la main sur une femme et 4 présumés coauteurs de l’assassinat d’un motard à Goma

La police met la main sur une femme…

Les éléments de la police...

Vers la fin des grèves intempestives des chlorateurs d’eau à la plage du peuple

Vers la fin des grèves intempestive…

Le président du comité de...

Les jeunes de Pinga plaident pour le renforcement des effectifs militaires dans leur entité.

Les jeunes de Pinga plaident pour l…

M. Songe, président de la...

Une attaque des mai-mai repoussée par les FARDC à Kasindi dans le territoire de Beni

Une attaque des mai-mai repoussée p…

Une attaque des miliciens...

Une conférence internationale des jeunes avocats organisée dans la ville de Goma

Une conférence internationale des j…

L’Association des jeunes ...

Une quarantaine de journalistes outillés sur la communication en situation d’urgences à Goma.

Une quarantaine de journalistes out…

Une quarantaine de journa...

Nord Kivu : Célébration dans l’allégresse de la fête de l’Aïd el-Fitr à Goma

Nord Kivu : Célébration dans l’allé…

Les musulmans de la ville...

Une marche à Nyamilima contre la mesure d’interdiction d’accès des mamans à leurs champs

Une marche à Nyamilima contre la me…

Les mamans de la localité...

Prev Next

Exétat 2015 sans anicroche au Nord-Kivu : Maker Mwangu salue le dynamisme de la ministre provinciale de l’Education

Exétat 2015 sans anicroche au Nord-Kivu : Maker Mwangu salue le dynamisme de la ministre provinciale de l’Education

Contrairement à certaines rumeurs de mauvais goût propagées par des ennemis de la paix en République démocratique du Congo, les épreuves d’Examen d’Etat de cette année se sont déroulées sans dificultés au Nord-Kivu.

Des sources dignes de foi du ministère de l’Enseignement primaire et secondaire, il nous revient que la session ordinaire de l’Examen d’Etat édition 2015 s’est bien déroulée sur l’ensemble du territoire national, même dans les provinces à problème comme le Nord-Kivu.

Le ministre Maker Mwangu s’est dit très satisfait de cette situation au Nord-Kivu, ventre mou de la République démocratique du Congo.

Au total, 593 000 candidats répartis dans plus de 1.500 centres ont participé à ces épreuves de fin d’études secondaires à travers le pays.

Contrairement à certaines rumeurs de mauvais goût propagées par des ennemis de la paix en République démocratique du Congo, les épreuves d’Examen d’Etat de cette année se sont déroulées sans anicroches au Nord-Kivu.

Mme la ministre de l’Education dans cette province, Adèle Bazizane Maheshe qui a effectué la ronde de différents territoires du Nord-Kivu pendant ces épreuves pour les superviser, parle du bon déroulement des épreuves.

L’heure est présentement, a fait savoir Mme la ministre provinciale, au ramassage des malles contenant les items des élèves, lesquelles seront acheminées à Kinshasa pour correction.

A la fin de l’examen du dernier jour, certains élèves ont affiché leur sérénité :

« Pour moi, il faut d’abord remercier le Seigneur notre Dieu qui a permis que nous puissions faire l’examen, après on pourra penser à la fête. On va rester calme et puis peut être à partir de demain, on va essayer de se réjouir avec les autres. Je rentre en famille, je vais me réjouir avec mes sœurs, mes frères et mes parents », a confié un finaliste rencontré dans un centre d’examen.

L’Inspecteur général de l’EPS, Michel Jamba Kaombe a indiqué que les résultats de ces épreuves pourront être publiés dans trois semaines.

Qui commence bien, finit bien, dit-on. L’examen d’Etat, édition 2014-2015 appartient au passé. Les rideaux sont tirés hier 25 juin après quatre journées de contrôle des connaissances débuté lundi 22 juin à travers tout le territoire national.

Dans la ville de Kinshasa, particulièrement dans le centre Lemba 7, Code 12047, les élèves finalistes affirment que les quatre journées se sont déroulées dans le calme et dans la sérénité. Ils sont assurés de décrocher leurs diplômes au regard des épreuves qu’ils ont affrontées.

" Les examens se sont déroulés dans la sérénité et dans l’ordre. Ils n’étaient pas difficiles, selon moi. Les épreuves ont été passables. Nous finalistes, nous n’étions pas stressés ni par nos surveillants ni par le chef du Centre. Nous étions bien accueillis par les OPJ affectés", a affirmé l’élève Manidianga Boss, du complexe scolaire Mama Badiangabio.


L’élève Ngandu Mardochée, du Complexe scolaire la Référence, option Biologie-Chimie, confie également que "tout s’est passé bien dans notre Centre depuis la première journée jusque ce jeudi. Vous nous voyez tous confiants puisque nous avons bien travaillé. Et nous n’attendons que la publication pour faire la fête…", dit-elle. 

Pour l’élève Kapinga du Centre presbytérien de Lemba, " la majorité des questions sont celles que nous avions étudiées en classe… ". 
Un surveillant qui a requis l’anonymat affirme que " les enfants arrivaient à temps. Ils respectaient aussi les instructions qui leur étaient transmises. Rien n’a perturbé cette édition. "

Contrairement aux précédentes éditions, cette année, la fin des examens n’a pas donné lieu à des scènes des liesses de la part des finalistes. Hier, il n’y a pas eu tapages ni désordres sur les grandes artères de la capitale. Les élèves ont intériorisé le message de l’autorité urbaine et celui du Général Kanyama, leur demandant d’éviter de perturber l’ordre public dans la capitale.

Somme toute, c’est un pari gagné pour le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Education à la Nouvelle citoyenneté (EPS-NC).

A elle seule, la Ville-province de Kinshasa a aligné 110.000 finalistes. Ceci prouve combien est nécessaire ces épreuves pour les élèves qui veulent décrocher leur diplôme d’études secondaires, et pour embrasser les études supérieures. Un passage obligé.

Ce sont ces genres d’épreuves, dans le but de tester les connaissances de différents candidats, acquises durant toute une année pour l’obtention d’un diplôme d’Etat.

Comme il est de coutume, le dernier jour diffère du premier. Les finalistes ont montré à la face du monde une nouvelle image de chasser la vieille tenue qu’ils ont porté depuis plus de 13 ans. Pour ce faire, quelques élèves n’ont pas hésité à délier leur langue, pour dire que tout s’est bien passé.

«Pas de pression de la part des surveillants, et surtout une bonne organisation du pouvoir public», a indiqué l’élève Lajoie Kudia, de l’Institut de Selembao de Kin-centre. Elle a aussi fait savoir que c’est un honneur pour elle de passer ces épreuves.

Célestin Lutete/MMC

back to top
Info for bonus Review William Hill here.

Nos térritoires

Les Villes du Nord-Kivu

Radios Locales

Nos Outils

A propos de nous

Nous suivre